Ménage de Pessah un véritable casse-tête ?

À propos du ménage printanier qui anime la plupart des maîtresses de maison juives depuis quelques semaines en vue des préparatifs de la fête de Pessah, rappelons que la Torah nous interdit à Pessah à la fois de consommer et de posséder le Hamets ou d’en tirer profit.

D’emblée, la première Michna du traité Pessahim nous précise le cadre de cette recherche du Hamets dans nos maisons. Celle-ci enseigne que la veille de Pessah, le 13 Nissan au soir, on recherche le Hamets à la lueur d’une bougie. Tout endroit où nous n’avons pas l’habitude de déposer de Hamets, il n’a pas lieu de rechercher le Hamets. Autrement dit, la Michna nous dispense totalement de faire le ménage dans les endroits où on n’a pas fait entrer de Hamets.

Il ressort donc de ce magnifique texte que le ménage de Pessah ne doit pas être pris comme un moment de frénésie. Cette période pourrait conduire à nous faire tomber dans des travers à cause de la fatigue et entraîner réellement la mauvaise humeur. Or, il n’y a pas lieu d’être de mauvaise humeur le soir du Seder de Pessah, bien au contraire, c’est un moment de retrouvailles familiales.

De surcroît, en cette année si particulière, ne soyons pas plus tendus et exténués que nous ne le sommes déjà par le confinement mais, au contraire, nous devons avoir une approche de personnes détendues et sereines. S’accommoder et être prédisposé ce soir de Seder à avoir un esprit libre et émancipé à l’exemple de nos ancêtres qui sont sortis d’Égypte pour célébrer Pessah dans la joie et le bonheur.

Rabbin Y. KRIEF

Horaire des offices

Vendredi soir à 19h
Samedi matin à 9h30

Office de Minha à 18h